A la UneBon à SavoirCoulisses

AFRIFF 2017 : Wùlù, le grand gagnant de la soirée

 

L’édition 2017 du Festival international du film de l’Afrique (AFRIFF) s’est tenue du 29 octobre au 4 novembre à Lagos au Nigéria.
Ateliers de formations, projections, débats…étaient au rendez-vous de cette édition d’AFRIFF. Le festival s’est clôturé entre paillette, bling bling , danses et chants le samedi 4 novembre avec la remise des Awards au Eko Hotel & Suites de Lagos.

 

Et de trois pour Wùlù

L’Afrique francophone est repartie avec pas moins de 5 prix mais le moins que l’on puisse dire c’est que « Wùlù » a cartonné au Afriff avec 3 awards.
Le film Wùlù du réalisateur Franco-Malien Daouda Coulibaly, a remporté les prix des meilleurs film francophone et scénario ainsi que celui de meilleur acteur pour Ibrahima Koma.
Alain Gomis du Sénégal, quant à lui, a remporté le prix de meilleur réalisateur avec Félicité pendant que le documentaire égyptien « We Have Never Been Kids » a raflé le prix de meilleur documentaire.

 

Les anglophones ont aussi dit leur mot

Omotola Jalade-Ekeinde recevant le prix spécial du jury pour « Alter ego » des mains de la « vétéran » du cinéma nigérian Joke Silva. 

 

Le prix de la meilleure actrice a été décerné à la Ghanéenne Lydia Forson pour son rôle dans le film Keteke.
Le prix du meilleur court-métrage étudiant et celui du meilleur film d’animation sont revenus à l’Afrique du sud respectivement à « The Fall » et « Huse met langore ».
Sans grande surprise, le prix du meilleur long métrage a été remporté par le film d’ouverture britano-zambien « I am not a witch ».
Aussi l’Angleterre est repartie avec le titre de meilleur court-métrage avec 1745.
Le Nigéria pays hôte a bénéficié de la mention du jury grâce au film « Alter Ego » et le prix Oronto du meilleur film nigérian est revenu au film « Hakkunde ».

Etaient présents à la cérémonie Omotola Jalade-Ekeinde, Kate Henshaw, Ramsey Nouah, Kunle Afolayan, Chioma Chukwuka-Akpotha, Olu Jacobs, Bolanle Austen-Peters, ni Dima Okojie, Fred Amata … Notons que les maitres de cérémonie étaient l’actrice nigérianne Lala Akindoju et Serge Noukoue le fondateur de Nollywood Week Paris.

 

Commentaires
Share:

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *