Erico Séry, c’est le réalisateur du moment.  Des émissions aux séries, Il est sur tous les fronts et cartonne. Chaque semaine sur les antennes de la RTI, on a au moins droit à un programme de son écurie « Originale Entertainment (www.originale.ci) »  .Je l’ai rencontré pour la première fois, le lendemain de la publication de mon article sur les up et les Downs de Sœurs ennemies (http://lagozi.com/soeurs-ennemies-les-up-and-down/). Surprise, il l’a bien pris. Il est même d’accord avec mes down et m’a expliqué certains points. Serein et toujours entre trois avion si ce n’est plus (Canada-France-Côte d’Ivoire), j’ai cru qu’il me serait difficile de l’avoir.  Et pourtant, il a accepté avec joie mon interview. De notre échange, je retiens qu’Erico Séry est un perfectionniste et que le plus important pour lui ce n’est pas de faire mais plutôt de bien faire. Il a de grandes et bonnes idées. Il sait ce qu’il veut et ce qu’il dit. « Il connait son travail » comme on aime le dire à chez nous pays.  C’est quelqu’un de très simple, humble, qui accepte les critiques  et en tient compte.  Si ça ce n’est pas quelqu’un qui est là pour durer, je ne sais pas ce que c’est. En tout cas de cette interview, j’ai appris beaucoup. Par exemple, que les grands hommes n’ont pas peur d’être critiqués, car ils ont toujours pour objectif de parfaire leur travail.  Bonne lecture à tous.
1- On vous connait, comme étant le réalisateur des plus belles émissions de la RTI. Aujourd’hui, vous êtes également  connu comme le réalisateur de la série du moment. Ça c’est qu’on nous savons de vous. Mais pour vous qui est Erico Séry ?
Un jeune ivoirien qui essaie de faire de la télé et du cinéma
2- Avant fairplay .On ignorait votre existence. D’où venez-vous ?
De côte d’Ivoire ! Je suis né à Abidjan. Petit, je suis allé en occident. Puis je suis revenu au pays, où j’ai fait mes études au lycée classique d’Abidjan. Après je suis retourné en occident où j’ai fait pleins de petits boulots. J’ai travaillé à la SNCF puis dans une banque. Et après j’ai décidé d’entrer dans le monde du multimédia. J’ai été donc étudier à Toulouse. Et voilà
3- De la réalisation d’émission, vous passez à celle des séries  avec « rêve sans faim ». C’était prévu à la base ? ou vous avez voulu essayer ?
Dans tout ce que je fais, je suis toujours dans la fiction. Que ce soit dans mes émissions (On s’éclate(www.onseclate.com ), DDF ,…) ou dans mes intro. Donc faire du cinéma c’est normal, c’est la continuité et la finalité. 
4- Comment vous est venu l’idée de Sœurs Ennemies (qui est nettement mieux et l’opposé de rêve sans faim)?
« Rêve sans faim », je l’ai pensé en un mois. Habituellement pendant les compétitions de foot je fais des émissions telles qu’à la « Can orange »  ou « extra-Can ». Et là je me suis dit, lors de notre présence au Brésil pour la coupe du monde : «  On est dans le pays de la Télénovelas, faisons donc une Télénovelas ». On a fait « rêve sans faim » au pied levé. J’ai pris des amateurs avec qui j’ai tourné. On a tourné du lundi au jeudi et diffusé le samedi. Ce n’est pas vraiment quelque chose qui a été préparé comme « sœurs ennemies ». Sœurs ennemies, j’ai eu le temps de penser le projet, de le repenser et de l’écrire. 
5- Aviez-vous déjà vos acteurs en tête pendant l’écriture du scénario ?
(Il réfléchit) Pas vraiment. Juste quelques-uns. Comme les deux sœurs (Isabelle Béké et Marie Christine Beugré) , le père (Alain Azerot) et  Olivier (Ray Reboul).

6- C’est quoi le problème avec l’audio (le son) dans Sœurs Ennemies ? 
On a un problème de conversion des fichiers. Parce que le son que vous avez à l’antenne n’est pas le même que nous avons sur notre table de montage et nos ordinateurs (il veut me faire écouter). On essaie depuis trois semaines avec la  RTI de savoir d’où vient le problème. On ne sait pas comment la RTI diffuse. On ne sait pas si c’est en numérique ou autre. Je ne sais vraiment pas que répondre pour l’instant. Parce qu’on  ignore où se situe le problème. On n’a donc pas la solution. On s’excuse vraiment auprès des téléspectateurs. On est vraiment désolé.  Vous vous imaginez bien qu’avec la qualité de l’image qu’on propose. Faire du son est le plus simple.
7- Quel genre de réalisateur êtes-vous ?
De ceux qui essaie au mieux de relater les faits de notre société.

8- Les projets pour 2016 !
Pour 2016 ? Ben on va essayer de faire la saison 2 de « rêve sans faim. « Rêve sans faim » est une série que je veux faire autour de grandes compétitions de foot. On a fait la saison 1 pendant le mondial au Brésil. On va essayer de faire la saison‎ 2 autour de la coupe d’Europe en France l’été prochain. Et voir avec la RTI.  S’ils sont satisfaits de la saison 1 de Sœurs ennemies, pour qu’on reparte pour une Saison 2.
Commentaires
Share:

5 comments

  1. Habib TIESSE 5 juin, 2016 at 22:16 Répondre

    Merci . Je cherchais à savoir qui est le fameux Erico SERY et ton interview me permet de savoir. Merci très chère ce beau travail et toute ma fierté au Grand Erico.
    H. TIESSE

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *