A l'afficheActuCritiqueFilmsMade in Côte d'Ivoire

Et si demain était aujourd’hui… : le film d’évangélisation à voir !





Avant l’avant-première

Deux mois avant l’avant-première du film Et si demain était aujourd’hui…, son réalisateur Sam Eachman m’a contactée et m’a informé de la diffusion très prochaine de son film. J’étais pressée de le voir (le film bien sûr, lol). Je n’avais aucune idée du registre dans lequel Eachman s’inscrirait en tant que réalisateur. Je ne voulais pas demander, je voulais être surprise. Mais j’ai attendu, attendu et attendu encore…

Le « très prochainement » me semblait être une éternité. J’ai donc décidé d’oublier.
Puis, le 20 mars 2016, à 22h44 (précises), je reçois un message du réalisateur : « Salut (…) La sortie du film est prévue pour le dimanche 3 avril 2016 (…) ». Enfin !

Le jour de l’avant-première




Deux heures avant la projection, je reçois l’appel du réalisateur qui me rappelle l’heure. 18h à l’église des assemblés de Dieu de Port-Bouët. J’avoue que j’avais carrément oublié. Je me suis dépêchée de m’y rendre. Inutile de vous dire que je suis bien évidemment arrivée en retard. 15 minutes du film se sont écoulées sans moi. Grrr… Heureusement, il m’a fallu juste cinq minutes pour saisir la trame.

Ma critique




Je vais passer sur le scénario et aller directement à la technique. Les valeurs et les angles de prises de vues. Waouh !

Les champs contre champs n’étaient pas bons, et ce, dans une grande partie du film. D’un personnage à l’autre, on passait d’un gros plan à un plan américain ou poitrine. Le problème lorsqu’on fait un champs contre champs de deux personnages (qui échangent), la valeur du cadre et du plan doit être respectée d’un personnage à l’autre. Dans le film, c’était tout sauf ça. 

Inutile de vous dire également que la règle des 180° n’a pas été respectée. Ce qui m’a le plus dérangée dans le film, ce sont les ombres. Pour en avoir, il y en avait. Je ne sais pas si c’est un choix délibéré de la réalisation, mais y’en avait trop. Au point où même dans une scène, on voyait les ombres du matériel (le micro pêche). 

S’il y avait un directeur photo sur le plateau, franchement, euh… il n’a bien fait son travail.


Mon Coup de cœur

Mon coup de cœur dans ce film, c’est l’histoire. Il est clair qu’avec seulement six acteurs professionnels sur une quarantaine, le jeu n’était pas le top du top. Alors là, pas du tout. Mais, vous savez quoi ? Pour une fois, je m’en fiche !

Le film Et si demain était aujourd’hui… est un beau film. Parce que le message derrière est magnifique. Ce film montre toutes les tares actuelles de nos églises et surtout celles de ces personnes censées conduire leurs fidèles au salut et à la vie éternelle. Ce film dépeint à quel point nos lieux censés être saints jonchent d’être impures. À travers ce film, on voit que le suivisme est la chose la mieux partagée dans nos églises, la parole du pasteur est parole d’évangile et Dieu a quitté le Cœur des fidèles.

J’avoue, lorsque j’allais voir le film le dimanche 3 avril, c’est la critique qui s’est installée devant l’écran. Mais, c’est la croyante forte de ses convictions et de sa foi qui en est ressortie à la fin du film.
Ce film nous aide à nous remettre en question. Au sortir du visionnage de ce film, on se pose deux questions essentielles : suis-je prêt(e) pour le jugement dernier ? Ferais-je parti(e) des appelés ?
Personnellement, pour une fois, j’ai envie de demander aux gens qui verront ce film de faire fi des détails, de sa fin à deux balles, des erreurs techniques, du mauvais jeu de certains acteurs et de regarder ce film avec le cœur. 

Parce que le message derrière est vraiment bien. Celui de faire comprendre aux hommes que le « je reviens bientôt » annoncé dans la bible peut être demain.

Ce film n’est certes pas le film le plus beau ou le plus abouti que j’ai vu. Mais, juste pour le message qu’il véhicule, ce film devrait être vu par tous. 

Croyants, non croyants, églises, mosquées, écoles, salles de cinéma et même la télévision nationale devraient diffuser cette production. Toute personne qui croit ou non au jugement se posera forcement des questions au sortir de la salle. 

En tout cas, bravo Sam eachman, bon boulot Mahoula Kané. Et félicitations à l’équipe d’Emotion Prod qui a réussi à réaliser son film avec ¼ du budget nécessaire pour le tournage.

Synopsis

Et si aujourd’hui était demain … retrace d’un côté la vie de Rebecca à qui il fit grâce dans une vision de voir l’enlèvement de l’église. Et retrace d’un autre côté la vie des hommes de Dieu, chrétiens, non-chrétiens,… jusqu’au jour où adviendra la  fin du monde (l’enlèvement).

Commentaires
Share:

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *