CritiqueFilmsMade in Côte d'Ivoire

le sous doué honoré n’zué passe à la production

Mercredi 18 juin, il est 16h45
lorsque les lumières de la salle du cinéma la fontaine des II plateaux
s’éteignent. L’écran en face s’allume aussitôt que la salle s’assombrie. Le nom
des acteurs du film défile et défile les un après les autres. Puis démarre le
film avec la première séquence et c’est
partie pour 90 minutes de délectation.
La musique de la chansonnière baoulé
Alla Thérèse sont à l’honneur dans cette production. La
grande surprise de ce film est qu’Alla Thérèse et son époux N’Goran
y sont tous les deux acteurs.
Ce film est la seule occasion pour vous de voir Alla Thérèse
vertu comme tout le monde pour ceux qui ne l’on jamais vu et en même temps
juger de son
jeu d’actrice.
ce film est produit, coécrit
et imaginé par honoré n’zué
autrefois acteur de cinéma (les sous-doués
passent le BAC,..). Aujourd’hui, plus tout jeune et expérimenté, cet amoureux
du cinéma à enfanter de « PLAGIAT ».
Plagiat c’est l’histoire du jeune
Anicet étudiant en musique
traditionnelle qui se
fait voler toutes
ces productions musicales par son professeur madame Mounda Digba.
Rusé, elle arrive
à dupé le jeune homme et sa grand-mère alla Thérèse afin qu’il
lui donne leur secret et certains de leur texte avec la traduction. Elle se
sert ensuite de ces productions comme s’ils étaient
siennes. Le poteau rose
découverte elle
sera conduite en procès par son étudiant et condamné par la loi.

Dans ce film, on retrouve
bienvenu Neba, Giselle kouamé,
Honoré N’Zué, Bernard Bohoussou,….en
faite seule deux, trois ou quatre visages dans ce film sont
méconnu du grand public.

Le film terminé, les lumières se
rallument et je m’aperçois de la présence de personnalité en plus de celle du
parrain de la cérémonie, Dr Alfred Dan
moussa. Pendant que les convives s’empressaient de vider la salle pour se
diriger vers le cocktail,
j’ai pu noter la présence de l’actrice et productrice Akissi
Delta, du représentant du ministre de la culture et de la francophonie, de
l’écrivain Isaïe Biton, de l’actrice Thérèse Taba et de l’Acteur Beugré Djep et
d’autres acteurs dont jeme
souviens plus le nom.
Je tiens à préciser que la salle
de cinéma était pleine et j’avoue n’avoir jamais vu la fontaine aussi remplie
et cela même aux premières auxquelles j’ai assisté. Je pense que cela témoigne
juste de l’importance qu’a Honoré N’Zué
pour le cinéma ivoirien.
                                                                                            
Commentaires
Share:

2 comments

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *