A la UneBon à Savoir

Les clichés au cinéma et si on en parlait !?

Au cinéma, je définirais le(s) cliché(s) comme une ou un ensemble d’actions auxquelles l’écran nous habitue au point où ces actions anormales ou invraisemblables deviennent normales alors qu’elles ne devraient pas (forcement) l’être.
Ces clichés sont parfois tellement ancrés, que lorsqu’un film se risque à les briser, il est souvent mal reçu.
Pour ne pas à avoir à vous souler, je vais juste montrer et relever certains clichés du cinéma américain et ivoirien.

Le cinéma américain créateur des plus gros, absurde et fou clichés

Impossible de parler de clichés dans le cinéma sans mentionner le « roi » dans cette industrie : Hollywood.
Pour beaucoup, le cinéma américain est « the best » et c’est à lui que la majorité des cinémas tentent de ressembler. Pourtant, j’ai fini par constater que l’une des grandes forces du cinéma américain c’est qu’il a réussi à créer des clichés et à faire croire à tout le monde que le cinéma devaient ressembler à ça.

Ces clichés sont tellement bien incorporés dans les esprits que voir certaines situations absurdes (dans leurs films) nous semble des plus normales.

Par exemple, une barrière électrique assez puissante pour arrêter un dinosaure ne causera aucun dommage sur un enfant de 8 ans. Vous pouvez vérifier l’information dans Jurasik Park.

Aussi, dans les films américains les bombes ont toujours un minuteur avec des grands chiffres rouges, la Bombe de Serge Friedman le montre assez bien. Ah, en général le héros d’un film d’action est un ex-policier ou un ex-militaire ou ex-détective ou même ex-bandit …Le héros est rarement un mot. tout le monde. Dans tous les films d’actions américains (ou presque) cette information peut être vérifiée.

 

Les personnages le plus gros clichés du cinéma ivoirien

Pour les chercher, j’en ai cherché. Je me SUIS JUSTE rendue compte que beaucoup de films ivoiriens sont eux-mêmes des clichés. Lol

Sinon plus sérieusement, contrairement aux cinémas américains, les clichés dans le cinéma ivoirien sont plus liés aux genres de personnages qu’on trouve dans les films et séries qu’aux actions.

Pour preuve le personnage de la servante (un peu) conne mais attachante ne manque pratiquement jamais n’y a qu’à regarder ma famille, le vieux kouassi kan et autres pour s’en rendre compte.

Ah ! Que serait un film ivoirien sans la tantie ou la camarade super affairée…Ce n’est surement Diane de classe’A qui fera dire le contraire. Aussi, sans la belle-mère super compliquée et/ou « méchante » , une production ivoirienne n’en serait pas une…. Retournons encore dans ma famille et jetons un coup d’œil sur Sa’sandra aussi. Le personnage du gérant de cabine impoli, je préfère ne même pas en parler ….

Les clichés sont légions tant dans le cinéma américain qu’ivoirien. Il est donc impossible de tous les énumérer dans un article. Mais ce qu’il faut retenir c’est qu’aucun code à part les techniques cinématographique n’est prédéfini c’est à chaque cinéma de créer le sien.

Sinon, on peut s’amuser à énumérer en commentaire d’autres clichés de ces deux cinémas…

Commentaires
Share:

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *