A l'afficheA la UneActuCritiqueFilms

LES UP ET LES DOWN DU FANTÔME DE BANANA ISLAND

Le 18 janvier, j’avais été invitée à voir le fantôme de banana island. J’y suis allée mais j’ai dû partir avant la fin du film.
Alors, le 30 janvier je me suis décidée à aller le (re) voir avec une amie. J’avais déjà vu les 45 premières minutes du film la première fois mais ça n’a pas été très difficile de les bisser. Je n’ai aucune difficulté à voir plusieurs fois un même film.
Bref, les images ont défilé jusqu’à  des scènes que je n’avais pas vu.
Maintenant que je l’ai vu en entier, je peux vous faire mes up et mes downs .

 

LES UP

 

5- Le doublage

 

Oui, oui vous lisez bien. J’avoue que c’est l’une de ces quelques fois où je vois un film nigérian bien doublé. Il n’y avait pas de décalage entre voix et image.

4- Les plans de drone

 

Les magnifiques plans réalisés avec des drones, c’est mon kiff. J’adore !
Dans le film vous avez droits à plusieurs plans réalisés avec un drone. Un de ces plans est fait sur le pont séparant Mainland de Island. Le plan montre le magnifique bleu de l’eau sur laquelle est construit le pont. Je trouvais cela encore plus cool parce que du plan aérien, j’arrivais à reconnaitre certains endroits que j’ai visité à lagos… enfin je crois.
Aussi, j’ai aimé que le plan soit tourné en journée. Les réalisateurs (ivoiriens) sont généralement fascinés par les plans de drones à la tombée de la nuit. J’avoue n’avoir jamais compris cette obsession.

 

3- Le film se laisse regarder

 

Le film est assez light. Il y a certaines scènes assez généreuses qui font avoir de gros fous rires.

 

2- Bimbo Manuel

Bimbo manuel … perso, j’aime cet acteur. Il assure toujours, je trouve. Et franchement, je le trouve divin dans son rôle de Dieu. Je n’en dis pas plus !!!

 

1-La musique

 

Ce n’est pas un secret. La musique nigériane est riche, colorée et chic. Le réalisateur Bb sasore l’a compris alors il a abusé des meilleurs répertoires de son pays. Madré mios, mon shazam a explosé ce jour-là. En plus, vu qu’assise je suis la meilleure danseuse je n’ai pas hésité à esquisser des pas de danses. Bref vous allez avoir envie de swinger devant le film.

 

LES DOWN

 

5- Le make up

 

Mon Dieu !
Juste pour voir qui fallait assassiner, pour l’horrible make up des acteurs, j’ai tenu à rester pour lire le nom de la maquilleuse.
Mais surprise y’en avait 5. Le maquillage des acteurs est une catastrophe. Surtout des actrices. Elles sont toutes jaunes avec des bouches rouges ou roses. On aurait dit des masques.
Le maquillage est moche. On a l’impression que ce sont des spécialistes de films d’horreur qui les ont maquillées.

 

4- La publicité

Pas moments c’était subtile. Par contre d’autres moment, ça sautait aux yeux… C’était limite écrit « OUI ON A ÉTÉ PAYÉ PAR DES MARQUES POUR FAIRE LEURS PUBS ».
Mais bon ça reste mieux que la subtilité à l’ivoirienne… je pense.

 

3- L’incohérence

 

Aucune femme ne dort maquillée sauf si elle est rentrée de boite fatiguée et a dormi direct ou a fait « boom boom ».
Mais même là, elle ne dormira pas avec sa perruque… impossible !! La perruque c’est la première chose qu’on retire sur sa tête dès qu’on rentre chez soi. Parole d’une porteuse de perruque professionnelle. Alors pourquoi, Ijeoma dormait tous les soirs avec sa perruque ?
Aussi, je ne trouve pas cohérent qu’un fantôme qui a la possibilité de prendre ce qu’il veut, où il veut comme il le veut, fasse du lèche vitrine devant un glacier pour finalement aller piquer la glace d’une cliente. Euuuhhhhh ???? Okay Why not !!!
Pourquoi la mère du personnage principal ne vit-elle pas avec sa fille dans la maison familiale ? Il n’a jamais été mentionné qu’elle a divorcé de son mari ? Pourquoi… Bref trop d’incohérence.

 

2- Les effets spéciaux et scènes de combats

 

Vaut mieux les prendre à la rigolade, je pense ! Je ne vais pas m’y attarder…

1- La fin du film

Euhhhhhhhhhhh… Par rapport à la fin ????? Pourquoi les nigérians aiment finir leur film sans fin comme ça ? 🤦🏽‍🤦🏽‍🤦🏽‍

 

LE PITCH

Je ne vais pas me fatiguer, je vais vous faire un copié collé du synopsis.
Le fantôme de banana island raconte l’histoire de patrick, un fantôme qui refuse son accès au paradis car il n’envisage pas d’y aller sans âme sœur. Il réussit donc à négocier auprès de Dieu, trois jours pour trouver et tomber amoureux de son âme sœur. Il s’agit de l’horrible Ijeoma.

Ijeoma, aussi se trouve dans une situation délicate : elle a trois jours pour réunir 18 millions de naira afin de conserver la maison de son défunt père située à Banana Island et que la banque s’apprête à saisir. Patrick et Ijeoma doivent donc parvenir à s’entendre, apprendre à travailler ensemble, et finalement tomber amoureux pour voir leur destinée se réaliser…

 

BONUS

 

Je trouve le fantôme de banana island facile à regarder. Pour moi c’est un film à regarder sans prise de tête et sans grandes attentes. C’est un film made in nollywood quoi !
Le film a de jolis moments de grâce qui font sourire. Il n’y a pas de grandes performances. Tout y est fait avec légèreté pour qu’on puisse se marrer. Parfois ça marche parfois non… Enfin, je parle pour moi.

J’ai particulièrement aimé une scène, celle où Patrick (le fantôme) essaie de se cacher de Dieu oubliant son omniprésence.
Cette scène montre également d’une manière que Dieu est toujours à nos côtés à nous rappeler notre but et notre mission sur terre.
Elle montre à quel point l’homme s’entête à ne faire les choses qu’à sa guise oubliant les recommandations et préceptes de Dieu. On y retrouve la bonté de Dieu et son amour pour chacun de ses enfants.

Aussi, je trouve qu’on ne voit pas vraiment que Patrick est fantôme… Les effets spéciaux sont limites (en fait y’en a pas). Nollywood est capable de beaucoup plus et mieux donc je ne comprends pas !
J’avoue ce n’est pas le plus grand film nigérian que vous verrez mais bon il reste sympa et drôle… Bref, allez le voir et faites-vous votre propre opinion Le Fantome de Banana Island est encore en salle (cliquez ici pour voir le programme).

 

Commentaires
Share:

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *