Il fût un temps où le Togo n’était pas connu sur le plan cinématographique. Et le peu de réalisateurs qui se sont sacrifiés pour réaliser une œuvre ont très vite déchanté. Aujourd’hui, nous avons une nouvelle génération qui se bat corps et âme pour faire parler du 7ème art togolais ici et ailleurs.
Nous ne pouvons parler de cette génération sans citer Steven AF, réalisateur du film « SOLIM ». La première de ce long métrage a fait salle comble. Le palais des congrès de Lomé était plein à craquer. Et, vous savez quoi ? Cela n’était jamais arriver au Togo de remplir cette salle. Mais, Steven l’a fait.

 
Le Togo rafle aussi des récompenses

 
Joël Tchédré et Marcelin Bossou ont réussi, par leur travail, à faire voyager le cinéma togolais au-delà de nos frontières. Et mieux, ils ont ramené au Togo des prix des Festivals auxquels ils ont pris part.
Je ne pourrais parler de récompense sans le réalisateur Maximum Tchicoun qui a remporté le grand prix Kodjo Ebouclé lors de la dernière édition du Clap Ivoire en Côte d’Ivoire.

 
L’état de production au Togo

 
Aujourd’hui, 26 épisodes d’une série de 26 minutes est en tournage avec presque 100% d’acteurs togolais. Plein de tournages se font ça et là dans l’intention de participer au FESPACO 2017. Bien que cela, n’ait pas l’air le cinéma togolais fait son bout de chemin. Lentement peut-être mais il le fait sûrement.
Le Togo dispose de plusieurs écoles de cinéma où abonde toute une génération de jeunes cinéastes.
Je suis fière de cette jeune génération qui se bat pour faire tenir le cinéma togolais. Toutefois, la difficulté de trouver des sponsors pour aider dans les productions de films demeure. Ainsi, les acteurs de ce métier n’arrivent pas à jouir de leur passion.

Kossivi Elom Tideka

Commentaires
Share:

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *