A l'afficheFilmsMa Dépêche

L’Interprète : cinq raisons d’aller voir le film

Le vendredi 29 juillet a été diffusé en avant première le film L’Interprète au cinéma Majestic du Sofitel Hôtel Ivoire à Cocody. 

Pour une fois, je suis arrivée à l’heure à une avant-première. J’ai donc pu suivre le film en entier. Je dois avouer que je n’ai pas tout compris (dans le film). Il y a pas mal de choses « incohérentes », selon moi. J’ai trouvé que certains plans étaient mal utilisés ou trop utilisés. Certains réalisateurs parlent, dans ce cas, de choix pour l’esthétique. Je trouve que ce n’était pas esthétique du tout.

Mais, vous savez quoi ? Je m’en fiche (pour une fois). Je suis féministe et super heureuse de voir une actrice qui a décidé de se bouger pour sortir un film qui lui ressemble. Alors souffrez que, pour une fois, j’ai envie de fermer les yeux sur toutes ces choses qui ne vont pas.

Alors, voici, pour moi, les cinq raisons d’aller voir L’Interprète :

5 – L’histoire

Alléluia ! Une autre histoire qui nous change du traintrain quotidien dans lequel le cinéma ivoirien essayait de nous enfermer. 
Ce film nous relate l’histoire de Naturelle. Mère, épouse, travailleuse acharnée et l’une des meilleures interprètes du pays. Quand elle se retrouve à faire l’interprète pour Michael Newman, un homme d’affaires américain très prospère, elle se redécouvre une nouvelle féminité et commence à entretenir une relation amoureuse avec lui.
Tout semble aller bien jusqu’au jour où elle demande à son amant d’assassiner son époux parce qu’elle pense qu’il a découvert sa relation extra-conjugale. Mais, celui-ci lui apprend qu’elle n’est, pour lui, qu’une relation sans lendemain. C’est là que les problèmes commencent.
Dans cette histoire, on se rend compte que rien n’est vraiment acquis dans la vie et qu’il faut toujours se méfier d’une femme.

4 – Le jeu des acteurs

Je ne vais pas parler du jeu de tous les acteurs. Parce que perso, je pense que certains ont mal rendu leur personnage. Ce qui faisait que le niveau des autres était cassé pas deux, trois acteurs qui avaient du mal à les suivre.
Je vais rester sur les trois personnages principaux et Franck Picardhy. Pour moi, Ils ont donné ce qu’il fallait. Comme quoi, le peu n’est pas l’ennemi du bien. Comprenne qui pourra !

3 – Les langues parlées dans le film

Si mes oreilles n’ont pas fait défaut, je pense que le film commence en espagnol et en français. Pour continuer jusqu’à la fin en anglais et français. C’est juste magnifique de voir des acteurs locaux parler aussi bien l’anglais et avec l’accent qui va avec.
Au sortir de la salle, vous devriez pouvoir retenir des phrases comme : « You are so cute », « I’m married and I have two children », « I do not need you speak french »… Bref, votre anglais sera un tout petit peu rafraichi.

2 – Stéphane Zabavy

Belle surprise. Je l’avais déjà vu dans trois autres productions où il m’avait bluffé. Mais là, standing ovation pour monsieur Zabavy ! Je pense que c’est l’un des acteurs à suivre. Avec le talent qu’il a, il pourrait bientôt être un acteur incontournable dans les productions locales.
Avec la langue de Shakespeare qu’il maitrise, il peut se retrouver à jouer dans des productions dans la sphère anglophone. En tout cas, je le suis de loin, mais, je le vois.

Bref, revenons à L’Interprète.Dans le film, (je suis désolée messieurs, ce point ne concerne que les femmes), Stéphane Zabavy, enfin M. Newman, passe la majeure partie de son temps torse nu. Rolala… Corps musclé et tatouages dans le dos, sur les bras… De quoi en perdre la tête. En plus, quand Newman souffle dans le cou des femmes, ça donne envie d’abattre son mari.
Après ce film, toutes les femmes demanderont à leur homme de leur souffler dans le cou. Pour le plaisir de vos yeux, mesdames n’hésitez pas !

1 – Encourager Kadhy Touré et Olivier Koné

Ils sont tous deux à leur premier né. Kadhy en tant que productrice/scénariste et Olivier Koné en tant que réalisateur.
Juste pour encourager les deux jeunes qui ont cru et lutté pour réaliser leur rêve, on devrait tous allez en salle pour leur permettre de tourner les deux autres volets de leur trilogie. Parce moi, j’ai sincèrement envie de voir la suite et la fin de cette histoire.

 Le Bonus: mes coups de cœur

Guy Kalou !!! Je souris moi-même en écrivant ce nom. Mais franchement, il y a longtemps que je ne l’avais pas vu aussi bon, aussi bien et aussi waouh à l’écran. Ce personnage du mari dominé et soumis qu’il incarne l’a carrément sorti de ce qu’il a l’habitude de jouer. Et je crois que c’était un challenge pour lui. Sortir de sa zone de confort lui a permis de bosser deux fois plus pour nous sortir ce jeu.
Chaque fois que vous le verrez à l’écran, vous serez sûrement mort de rire. Tellement ça change du Guy Kalou habituel. J’ai retrouvé un Guy Kalou qui pète le score, parce que c’est celui là qui m’avait fait croire qu’un Babiwood était possible. Et je suis vraiment heureuse de le retrouver. J’espère que l’artiste est de retour pour de bon.

Hormis Guy kalou, il y a le personnage du chauffeur interprété par Cissé  qui m’a fait rire. Dès qu’il ouvre, la bouche on est plié en quatre.

Ce film n’est pas le plus abouti que j’ai vu cette année en salle (film ivoirien). Mais, pour un film tourné en 12 jours et pour une première expérience de Kadhy et Olivier, j’encourage le projet, car il en vaut la peine.

Si ces cinq (5) raisons vous ont convaincus, réservez votre place sur https://goo.gl/i02Bw1 pour la grande-première prévue pour le mardi 2 Août 2016 au Majestic Ivoire. Les tickets sont à 2500 francs CFA. Le film sera ensuite diffusé au Majestic Prima et Majestic Sococé.

Pour plus d’information sur le programme des projections, visitez le site web du cinéma Majestic ou leur page facebook.

Si mes raisons ne vous ont pas convaincus, allez quand même voir le film pour vous faire votre propre opinion. Tout ce que je peux dire, c’est que ce film (tout comme Sans regret) redonne une bonne bouffée d’air frais à l’industrie du cinéma en Côte d’Ivoire. Perso, je vais le revoir deux fois. Et je prévois interviewer (presque) toutes les personnes qui ont pris part à ce projet.

Commentaires
Share:

4 comments

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *