Pour cette interview, je vais vous épargner le comment on s’est rencontré  avec l’interviewé et tout mon bla bla habituel. Car vous raconter cela reviendrait à vous dire que la première fois que j’ai vu Ray, c’était à la télévision comme tout le monde. Et à cette époque, Je n’avais même pas l’âge d’avoir un copain et pourtant j’ai craqué sur le dauphin de Mister France. Vouloir vous raconter, ça serait vous dire qu’il y’a 1 an, le jour de notre première rencontre, je suis restée planté comme un poteau avec un air niais , lorsqu’il m’a dit « bonsoir » avec un joli sourire. Je vais donc vous épargner tout ce discours et aller droit au but.

 Il y’a un mois j’ai demandé une interview à Ray et il a accepté (je savais qu’il ne me dirait pas non.lol). Faire cette interview a été compliquée. On a essayé de se voir pour, mais nos agenda ne collaient pas. Puis on n’a essayé via  whatsapp mais rien à faire,  toujours pas le temps.
 Coup de chance, on se rencontre  à la RTI et je l’ai enfin mon interview. Pour moi Ray Reboul est « Mister perfect » .Pas parce qu’il a participé à un concours de beauté .Mais parce qu’il est aussi beau à l’intérieur qu’à l’extérieur. Il lui arrive d’être « ennui », j’avoue (lol). Mais il reste fidèle en amitié et humble. En plus il n’est pas qu’un beau physique c’est également un cerveau .Il a une entreprise, il est co-scénariste de « Sœurs ennemies » et il a pleins d’autres projets que vous découvrirez bientôt. C’est un bon ami et je suis heureuse de le connaitre. Alors bonne lecture et découverte du personnage !
1- Ray Reboul, si vous deviez vous définir en trois mots. Ça serait lesquelles ?
 Ray Reboul est quelqu’un d’Ambitieux, de généreux et de serviable.
2- Depuis mister France de l’eau a coulé sous les ponts. Quel regard jetez-vous sur votre parcours ?

Alors après Mister France, j’ai fait du  mannequinat. Et je me suis dit : « eh ben voilà, t’as déjà fait dix ans de mannequinat professionnellement. T’as eu une carrière internationale. Tu es arrivé à faire Mister France et à être premier dauphin. Maintenant il faut passer à autre chose ».
Il fallait que j’essaie quelque chose de nouveau et le cinema entrait dans le champ des possibles. Du coup,  j’ai participé à un casting en ligne en France. Ce casting qui était pour le film d’une télévision a marché. Après, la production m’a vraiment motivé en me disant  que j’avais du potentiel en tant qu’acteur. Aujourd’hui ça fait huit ans que je suis dans le cinéma professionnellement. 
3- Vous n’êtes pas qu’un bel homme. Il y’a peu vous avez montez votre entreprise. Parlez-nous-en?
C’est vrai que j’ai joué la carte du physique dans le mannequinat. Maintenant je joue le rôle d’acteur depuis quelques années. Et je me suis dit qu’il est temps d’avoir des projets et de rentrer dans le côté audiovisuel. Alors il y’a quelques mois j’ai monté une société qu’on appelle « AYYR EVENT »(lien article sur AYYR: http://lagozi.blogspot.com/2015/07/lacteur-ray-reboul-le-big-boss-dayrr.html)   . C’est une société sur les banques d’images audiovisuelles (Photos et vidéos) en drone professionnel. Avant  j’ai suivi en France une formation pour me spécialiser dans ce domaine. J’ai passé des brevets et des licences pour pouvoir ensuite apporter cette expérience en Afrique  surtout en Côte d’Ivoire. Je veux apporter quelque chose de nouveau, l’utilisation des drones dans le cinéma, la publicité… C’est vrai que ça existe déjà ici mais peu de gens sont qualifiés dans ce domaine.
4- Avec toutes ces casquettes …si je vous demande qui est Ray Reboul . Vous me répondez?
Bah avec toutes ces casquettes, je répondrai que Ray Reboul, c’est quelqu’un d’ambitieux et de professionnel
5- « Sœurs ennemies», c’est le dernier film dans lequel vous tournez. C’est quoi la trame du film?
Sœurs ennemies c’est une série qu’on vient de tourner dernièrement et qui a été diffusé il y’a quelques jours. Je campe le rôle du neveu  du patron d’une holdding de Café Cacao. C’est un homme qui était dans les plantations avec son père. Puis dans les années 40, il  est devenu milliardaire. Il  perd son frère  et se retrouve seul à la tête de l’entreprise et de la famille. « Sœurs ennemies » parle de cette famille mais particulièrement des deux sœurs Kalou. L’une des 2 a passé 15 ans en France et décide de revenir s’installer en Côte d’Ivoire. Il va y’à avoir alors certaines confusions entre les 2 sœurs et également au niveau de la famille. On va découvrir que l’une des filles n’est pas de Frédérique Kalou. Du  coup, il va y avoir une bataille pour diriger la holding avec le père. Autour de l’histoire gravite d’autres qui sont en liens avec la KCC et l’histoire de la famille Kalou

6- c’est le 2nd film d’Erico Séry dans lequel vous jouez. Est-il votre réalisateur fétiche?
C’est vrai que c’est la seconde série que je fais avec lui. La première c’était « rêve sans faim ». Est-ce que c’est mon réalisateur fétiche ? (il réfléchit un moment)  je dirais oui, aujourd’hui et même depuis le premier film. Erico c’est quelqu’un qui a compris, enfin, qu’en Côte d’Ivoire on pouvait améliorer la qualité du cinéma, la qualité des tournages et la qualité du travail. Il a compris que y’en avait un peu marre de bricoler sur les séries et les films.  Il a compris que  du plus petit au plus grand même si on n’avait pas les moyens on pouvait réaliser professionnellement un film.
7- filez nous quelques indiscrétions du tournage de « sœurs ennemies » !
Alors, quelques indiscrétions… (il réfléchit). Bah c’est surtout au niveau des trucages. On a truqué certaines scènes. Par exemple on a une scène d’accident dans le film. On avait le choix entre faire exploser une voiture pour de vrai ou jouer avec les effets et le montage. On a préféré le montage. Sinon à part ça au niveau de l’équipe, les acteurs,…il n’y a rien eu qui puisse être l’objet d’une indiscrétion.
8- Alors qu’est-ce qu’on pourrait vous souhaiter de pire et de mieux pour cette année 2016 ?
Ce que vous pourriez me souhaiter de pire c’est de me retrouver à la rue, de ne plus gagner ma vie et de ne plus exercé mon métier ou de ne plus être de ce monde. Et ce qu’on peut me souhaiter de meilleure c’est que je reste toujours moi, toujours à l’écoute des gens, toujours prêt à aider les autres et toujours prêt à faire mon travail de façon professionnel. Ce qu’on peut encore me souhaiter, c’est de faire rêver les téléspectateurs, que je me bonifie  et que cela me mène un jour à Hollywood.
Commentaires
Share:

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *