A l'afficheA la UneBon à SavoirCritiqueFilms

Samian Paul-Eddy Kakou: Double Face m’a tué… (Compte Rendu 1)

Double Face, le film  ivoirien de Martial Boadi avec Mahoula Kane, Kany Tisha, Ouattara Makognon, Lago Woroko, Diarrassouba Sarah,… est à l’affiche depuis le 5 mai.

Le film raconte l’histoire Kané Mahoula, riche homme d’affaire, qui fait lors d’une soirée la connaissance de Kany Tisha, une belle et séduisante jeune femme. Kané tombe sous le charme de cette belle jeune fille. Tout au long de leur idylle, il va malheureusement découvrir le visage caché de la charmante Kany, composé de trahison, de bisexualité, de mensonge et de manipulation. Il découvre sa double face…

 

Pour une fois j’ai décidé de ne rien écrire et laisser les cinéphiles donner leur opinion. La critique que vous lirai est le retour sur facebook de Paul-Eddy après avoir vu Double Face

 

 

CRITIQUE

 

A l’évocation même du titre ou encore de sa provenance on se doute bien qu’on va tomber sur une grosse daube dont le seul cinéma de bas étage a le secret (Non non, je refuse d’insulter le cinéma ivoirien parce que le mauvais cinéma n’a pas de nationalité, c’est du mauvais travail point barre!). Dieu Vivant ! J’ai payé pour voir ça ???
En quelques 4 petits points je vais vous résumer ce qui a fait de ce film ce qu’il est.

 

 

1- Le scénario

 

Que tous les scénaristes du monde me pardonnent d’avoir utilisé ce glorieux objet de leur passion pour désigner cette rédaction de collégienne nourrie aux «coups de la vie » de Go Magazine et aux ouvrages de la collection Adoras (ou Harlequin ça dépend du niveau de culture). Prévisible, convenu, plat, inexistant tout simplement, le synopsis à lui seul te spoile le film en beauté et ce n’est pas le « cliffhanger » si cher au cinéma ivoirien de ces 15 dernières années qui va sauver la situation. Et ces dialogues, ça ne se fait pas les gars, sérieux. Tout est bateau et ennuyeux et ce n’est pas la mise en scène qui a rattrapé le coup…

 

 

2- La mise en scène

 

Seigneur, C’est MAUVAIS! Elle enterre le scénario, qui était déjà mort, par ses maladresses. Elle est tellement foireuse qu’on ne ressent aucune émotion dans les scènes sensées être clé, un tas de moments gênants, surtout dans les scènes de sexe qui étaient plus proches de la grosse honte que de l’élan de sensualité (Mention spéciale au « mythique » baiser à reculons) et ces figurants qui ne savaient plus trop où se mettre(les rares fois qu’il y en avait, faut pas déconner quand même). Bref dans l’ensemble tout semblait emprunté et de mauvais goût. Ça sentait le cliché de films romantiques à plein nez et et et les acteurs qui,enfin qui…

 

 

3- Le casting

 

…essayaient de nous endormir à chaque prise de parole n’ont pas aidé. L’actrice qui joue Kany doit être renvoyée à ses cours d’art dramatique, ELLE SEULE arrivait à casser le rythme du FILM, OUI UNE SEULE ACTRICE A PLOMBE LE FILM ! Bon en même temps, en sa qualité d’élément plus ou moins central du film elle avait peut-être une trop grande responsabilité, la faute au scénario je dirais mais n’empêche qu’elle était nulle, mais nulle quoi.  Kané Mahoula par contre a plutôt bien bossé, cet homme a de l’expérience et son personnage d’homme d’affaires rude mais au cœur d’artichaut (et donc naïf et jaloux maladif) était plutôt crédible sans être exceptionnel. Malgré cette petite lueur, ce film était mal joué, très mal joué, et le casting super limité a été super mal géré (L’assistante de M. Kané Perruque or not perruque ?).

 

 

4- La musique

 

La musique m’a achevé, omniprésente, aussi bien en fond que jouée en « live », Entre les artistes que M. Kané le milliardaire invitait à tous ses barbecues et les a cappella des personnages (Mawa Traoré Version Jazz, Salif Kéita en mode chanteuse pourrie,Seigneur !), c’était une véritable purge pour mes pauvres oreilles, je ne compte plus les fois où je me suis couvert les yeux de honte et de gêne entre deux fous rires durant les passages musicaux. C’était n’importe quoi !

 

 

Dans l’ensemble, Double Face est un Mauvais film une bouse même ; qui n’a même pas la décence de nous laisser le sympathique souvenir d’un Nanar bon enfant. C’est un échec à tous les niveaux, une véritable faute professionnelle qui va mériter son bashing et ce n’est pas moi qui vais prendre sa défense… Avocat des causes perdues d’accord, mais un minimum de qualité d’abord…

Commentaires
Share:

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *