Actu

Tonjé Bakang : « Etre entrepreneur, c’est pouvoir vendre du rêve. Pas pour mentir, mais pour gagner du temps »

« Peut-on changer le monde ? ». C’est le thème de la conférence donnée le jeudi 28 janvier 2016 à Orange Fab aux 2 Plateaux, par Tonjé Bakang, fondateur et CEO d’Afrostream (http://lagozi.blogspot.com/2016/02/afrostream-le-netflix-africain.html). Le speaker du jour a, pendant deux heures, partagé et échangé sur son expérience d’entrepreneur et toutes les étapes parcourues pour arriver à ce niveau.

« Mon projet a pu en partie marcher parce que je sais parler l’anglais (…) Comprendre l’anglais est un avantage », a affirmé Bakang. Il a confié qu’il y a bien plus d’opportunités à parler anglais parce que les marchés anglophones sont plus ouverts et accessibles. La barrière de la langue est un grand problème et tout « entrepreneur qui ne parle pas l’anglais ne veut pas réussir ». Selon lui, la base pour porter son projet à l’échelle internationale est l’anglais.

« Tout le monde a des projets. Ce qui fera la différence et donnera du poids au vôtre, c’est le pourquoi ? », déclare le CEO d’Afrostream. Pour lui, au-delà de l’anglais qui est la base, il faut pourvoir donner le « pourquoi » de son projet. Dire pourquoi on devrait le financer ? Pourquoi il est important ? Pourquoi il est mieux ?

Par ailleurs, Tonjé Bakang a révélé qu’« être entrepreneur c’est pouvoir vendre du rêve. Pas pour mentir, mais pour gagner du temps ». Un entrepreneur doit avoir, selon lui, la capacité de vendre son produit même s’il n’existe pas. Donner envie aux entrepreneurs d’investir. Aussi, Bakang préconise de toujours parler des projets qu’on a, ainsi on a une pression et une obligation morale de faire naitre et vivre le projet.

Pour finir, il a annoncé qu’Afrostream a signé un partenariat avec RTI Distribution. Sa plateforme diffusera bientôt des séries ivoiriennes. Tonjé Bakang est reparti à San-Francisco, non sans avoir pris rendez-vous en Juin 2016 avec la terre d’Eburnie pour le lancement officiel d’Afrostream en Côte d’Ivoire.

Commentaires
Share:

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *