A la UneActuBon à SavoirInterview/PortraitPersonna

WIL AIME ET WILHEM, LES DEUX FACES D’UNE MÊME PIÈCE

Wil Aime, Wil Aime encore Wil Aime. C’est le nom de ce jeune vidéaste de 22 ans qui a le plus retenti pendant la 2eme édition des Adicom days qui s’est déroulée à Abidjan.
C’était une évidence pour moi et tous ceux qui me suivent, je devais avoir un entretien avec lui.
J’ai été informée quelques temps avant son arrivée qu’il a refusé pratiquement toutes les interviews qu’on lui proposait, parfois même de médias internationaux. Mais coup de chance ou coup de cœur, il accepte mon entretien. J’ai toujours su que c’était un jeune homme intelligent… Il a fait le bon choix (rires).
Je vais passer sur le faux rendez-vous que j’ai eu, le nombre de tours que j’ai dû faire, les crédits de téléphone dépensés, le nombre d’aller-retours effectués et passer directement à la rencontre… Je crois que c’est mieux ainsi.
Il est 23h 50, lorsque j’arrive au restaurant où sont réunis Wil Aime, sa team et certains proches. Je discute avec son équipe, le temps qu’il finisse de manger… 45 minutes plus tard, avec mon interviewé, on s’éloigne du groupe.

 

CALL-HIM WIL AIME, LA STAR DES RÉSEAUX-SOCIAUX

Wil Aime pendant son intervention sur le thème “Créativité, réseaux-sociaux, influence: Et si on cassait les codes?” au Adicom Days
                                                                      Crédit photo: Jessica Nadi

 

Direct lorsqu’on s’éloigne, j’ai affaire à un charmeur, un jeune homme enjoué, très sûr de lui et assez taquin. Il, c’est-à-dire Wil Aime se définit en ces trois mots « détail, énigme et intrigue ».

J’avoue, le jeune homme est assez intrigant… À des moments pendant la discussion il avait des absences de 30 à 45 secondes. Je trouvais ça assez drôle. Mais bon, j’avais lu dans une interview que certaines idées lui venaient ainsi … Ne vous étonnez pas qu’un des personnages de son prochain projet se prénomme Sonia (lol).

Wil Aime est un maniaque du détail et un perfectionniste qui adore les challenges. Il s’ennuie assez vite. Par exemple, il m’explique qu’il se met au Vine quand Wilhem arrête le théâtre. Il arrive à facebook quand Vine meurt… Wil Aime aime être challengé raison pour laquelle il se crée des challenges dans ses vidéos. Sinon il s’ennuierait : la routine il en a peur.
C’est un adepte des détails. J’ai bien compris avec lui le sens de la phrase « le diable se trouve dans les détails. »

Wil Aime a également du mal à déléguer ! Il a du mal à faire confiance. Quand il le dit, je le sens mal parce qu’il reconnait que s’il apprenait à le faire « Les choses iraient plus vite ». Mais bon, il préfère mettre le temps qu’il faut et avoir la main mise sur tout son processus de création jusqu’à la diffusion.
Aussi, c’est encore assez difficile pour Wil Aime d’accepter d’être considéré comme une « célébrité ». « Si j’avais le choix, je serais juste réalisateur. Je serais derrière la caméra…» Mais là c’est trop tard il est une star qu’il le veuille ou non.

Toutefois, il est assez content d’être reconnu dans les rues et l’une de ses plus grandes fiertés est que son travail soit reconnu à l’international. « Comment sortir de la Friendzone a été traduit dans plusieurs langues dont le chinois. Franchement cette reconnaissance me fait énormément plaisir », il sourit et a des étoiles dans les yeux quand il le dit.

Quand je lui demande qu’est-ce qu’il aimerait qu’on retienne de lui en tant que créatif quand il ne sera plus de ce monde, il me répond après un long moment de réflexion : « que je me suis donné à fond. Je me suis donné à fond pour divertir…Que je suis allé le plus loin possible pour pousser le divertissement. J’espère que les gens retiendront que je me suis donné corps et âme pour ma passion. Que vraiment tout ce que j’ai fait, je l’ai fait pour le pur partage. C’est pour cela que j’ai choisi facebook. Parce que Facebook pour moi représente le partage. »

Malgré le succès de ses vidéos à l’international, Wil garde les pieds sur terre et reste très poli … Je pense que c’est surtout grâce à Wilhem.

BONJOUR WILHEM

À un moment très détendu de l’interview, Wilhem est passé me faire un coucou. Lui, il est moins charmeur et un peu maladroit. Il teste, sort des phrases pour voir les réactions et quand on n’est pas réceptive, il s’excuse.

Wilhem à côté de ses cours de math, est passionné de musique. Il chante, joue à la guitare et au piano. La musique est une manière pour lui de vaincre sa timidité et exprimer ce qu’il ressent. Ah d’ailleurs, au début, Wilhem faisait des vidéos avec sa grande-sœur Ashley qu’il partageait sur sa page, enfin celle de Wil Aime.

Aujourd’hui la musique, il la partage uniquement avec ses proches. Wilhem pense qu’il est moins intéressant que Wil Aime. Il aime être discret et prudent même si aujourd’hui il a du mal à passer inaperçu à cause de Wil Aime, son alter-ego. Il a peur de la célébrité ! En riant, il me confie « Dans 10 ans, je me vois bien avoir un restaurant en Australie. Un jour un client me reconnaitra et je dirai non ce n’est pas moi. Mais il insistera et il dira à son fils « tu vois ce jeune homme était brillant on lui prédisait une grande carrière » (…) La vie de star ce n’est pas pour moi ».

Finalement bien qu’aimant être discret, il espère quand même être reconnu. Wilhem s’est habitué à vivre dans l’ombre de Wil Aime, à profiter de ses avantages…Je trouve qu’il arrive bien à dissocier ses 2 personnalités mais je me demande combien de temps ça durera. Wait and See !

Photo prise par Eddy Daugher au restaurant Meat’In après l’interview

SES INFLUENCES CINÉMA ET CE QU’IL SAIT DU CINÉMA

 

« Ça fait bizarre et c’est difficile à croire mais j’ai zéro culture cinéma » m’a-t-il balancé 10 minutes après mon arrivée au restaurant.
Je refusais, je vous l’avoue d’y croire. Mais les productions que le jeune homme me cite comme productions qu’il a vu sont : Scandal (la saison 1 en entier et  une partie de la 2,  How to get away with murder( juste 2 épisodes), Death Note …bref des productions d’hier comme diraient certains professionnels du cinéma.
Il ne m’a cité aucun classique !
J’étais choquée mais admirative en même temps. Wil arrive juste en voyant un épisode d’une série ou juste en ayant lu tous les tomes de la saga Harry Potter, à s’en inspirer. Après notre échange j’ai compris qu’on n’a pas besoin de se faire tous les livres de cinéma, voir tous les classiques, faire une école de cinéma et/ou être un cinéma addict pour produire de la qualité. Il est super cultivé car il lit beaucoup et c’est tout ! Toutes ses vidéos lui viennent de son esprit, de ce qu’il vit, pense et croit….

 

UN PROCESSUS DE CRÉATION QUI A ÉVOLUÉ

 

Lorsqu’il a une idée, il l’écrit et développe l’histoire au fur et à mesure jusqu’à ce qu’il juge le produit prêt à être tourné. Il tourne avec 2 iPhones, de l’éclairage, des amateurs et fais le montage sur l’ordinateur. C’est tout ! Comme quoi pour faire de la qualité on n’a pas besoin d’avoir des millions… (oui je le redis et j’insiste).

Bref… Ce qui m’intriguait moi, c’est le changement de thématique. Quand je le découvrais en 2015, ses thématiques préférées étaient les femmes, les potes et les flics. Un an plus tard pratiquement, il devient plus sombre, ses thématiques tournent autour des femmes, de la manipulation et de la mort…. J’étais curieuse de savoir ce qui s’était passé. Quelle peine de cœur avait bien pu le changer à ce point ?

« Non, je n’ai pas eu de peine de cœur (…) Je pense que j’ai grandi et aussi il y’a eu avant ma vidéo sur la confession, le décès d’une proche. Je pense que ça m’a fait déchanter et moins idéaliser les choses ».

Sa dernière vidéo est restée dans la même thématique avec un rajout de sexe et de drogue. Sa mère validant toujours ses vidéos avant publication, j’ai cherché à savoir ce qu’elle avait pensé de la dernière.

« Avant de lui montrer la vidéo, je lui ai dit : « maman ma vidéo parlera de sexe, de drogue et de meurtre » elle était donc préparée à ce qu’elle verrait et l’a validé». Ça n’a pas changé « ma mère valide toujours mes vidéos ».

 

LE CHAQUE DETAIL TOUR

« On m’avait proposé des meet-ups dans certains pays que j’ai refusés et même en Chine. J’ai finalement décidé de réfléchir à un concept où je pourrai rencontrer mes fans. Je voulais créer quelque chose d’interactif où on pourrait communiquer, se parler, prendre des photos … » Voilà comment Wil Aime explique la naissance du chaque détail tour, spectacle réalisé en avant-première mondiale en Côte d’Ivoire.

« Le spectacle, on l’a préparé il n’y a pas tellement longtemps avec l’équipe. Je sais qu’il est perfectible mais franchement pour une première on est quand même satisfait du résultat. Je pense que jusqu’à ce qu’on soit à notre 20ème #Chaquedetailtour vous verrez que beaucoup de choses se seront améliorées. On compte travailler pour ».

Faire ses deux premières dates à Abidjan était pour lui un test. Faire ce test devant l’un des publics les plus critiques étaient pour lui une façon de voir si c’était une bonne idée ou pas. Si ça l’est, avec les critiques, il l’améliorera pour la suite. Je pense que son test est positif, il pense de plus en plus à la suite pour le chaque détail tour.

 

UNE ÉQUIPE JEUNE MAIS DE CHOC

 

Oui, Wil Aime a du mal à déléguer et veut tout faire mais il ne fait pas tout. Il a su s’entourer de personnes de confiance qui l’aident et le poussent à aller plus loin comme ses trois associés (Ashley sa sœur, Jérémie un de ses meilleurs amis et l’associé dont il a refusé de me parler mais qui n’est pas sa mère même si elle aurait pu).

Je dirai que la moyenne d’âge de la team de Wil Aime est de 23 ou 24 ans.

À Abidjan, il est venu justement avec Jérémie son associé. S’il fallait définir l’associé, je dirai que c’est la force tranquille. C’est un peu lui la tête pensante pour les contrats, la prise des rendez-vous…Je le vois bien en comptable de la team aussi.
Jérémie ne parle pas beaucoup mais observe énormément et à la tête plongée dans son téléphone en permanence. C’est un peu le papa de la bande. Par exemple le soir de l’interview, les autres voulaient sortir, lui voulait dormir. Il a donc accompagné tout le monde en boîte puis est rentré se coucher.

Ensuite il y’a Karl aka la maman du groupe. Il se chargeait sur Abidjan d’immortaliser leur séjour. Karl, on ne voyait qu’un de ses yeux, l’autre était uniquement derrière la caméra. Il protège beaucoup Wil. Je me souviens qu’en boîte, il essayait d’éviter que les gens l’approchent à un moment. Il voulait que Wil puisse profiter pleinement de sa dernière soirée en Côte d’Ivoire. Il faisait un peu le garde du corps sur ce coup « Non pas de photos », « Non, il est fatigué il ne prendra pas de photos. » « Pas de photos ce soir » …

Enfin, il y’a Anly, lui et Wil Aime sont les enfants de la bande. Ils se défient, se provoquent, se moquent, se taquinent …bref ils sont assez fusionnels. Anly est également vidéaste et il a déjà joué dans les vidéos de Wil Aime, notamment la dernière en date. Il y joue l’étudiant – maître-chanteur.

C’est une équipe très soudée où chacun connait sa place et sait ce qu’il a à faire. Mais en même temps ils sont amis, ce qui rend la collaboration plus fun, j’imagine.

Leur équipe est jeune, dynamique et professionnelle mais disons qu’ils apprennent et sont encore un peu novices. Mais vu la carrière qui les attend ils ont le temps de devenir les rois du business…. Mon Dieu, il y’a toutes les chances pour qu’ils soient millionnaires avant les 25 ans de Wil Aime!

 

THE NEXT STEP

 

Demandez à Wil Aime, où il voit sa carrière dans 10 ans ou quel est son but ultime, il ne saura vous répondre.
Il ne sait pas trop ce qu’il veut pour le moment mais ce qu’il sait, c’est ce qu’il n’aime pas et ne fera pas. Il m’expliquait que si demain, faire des vidéos commencent à l’ennuyer, il arrêtera surement.

Il compte bosser sur le concept du chaque détail tour afin de faire une tournée qui sera dénommée « chaque detail tour world ».
Il compte aller encore plus loin dans ses vidéos et faire plaisir aux personnes qui le suivent.

Mon petit doigt me dit que sa prochaine vidéo aura assez de coloris made in Africa. Bref, sinon je dis ça je ne dis rien.

Une chose est sûre, Wil Aime a le talent, la team en or, une famille qui le soutient, et la tête sur les épaules… bref, tous les ingrédients pour révolutionner mais aussi redéfinir le cinéma.

Le cinéma participatif aura un nom : Wil Aime !

Commentaires
Share:

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *