A la UneActuBon à Savoir

« IL FAUT TRAITER DE THÉMATIQUES EN RAPPORT AVEC NOTRE CULTURE »

Le jeudi 9 avril 2020, lors d’un direct live sur Instagram, nous recevions Sylvain AGBRE, Directeur d’Exploitation des cinémas Majestic, afin d’échanger sur la thématique suivante : « l’exploitation des films ivoiriens à l’international, pourquoi ça ne marche pas ? ».

Mais avant d’entrer dans le vif du sujet, Mr AGBRE nous a parlé de son parcours professionnel dans lequel il a gravi toutes les échelles dans l’organigramme de gestion d’une salle de cinéma.

Il débute comme caissier avant d’assurer les charges de contrôleur de caisse du cinéma Ivoire. Puis il devient Chef de site du cinéma Ivoire avant d’occuper la fonction de Directeur de salle du cinéma ivoire. Depuis 2015, il occupe la fonction de Directeur d’Exploitation des cinémas Majestic un réseau de 6 salles de cinéma.

Il a expliqué dans le direct la procédure à suivre pour espérer voir sa production diffusée au Majestic.

La procédure est simple : « il faut tout simplement que le Majestic reçoit un dossier de présentation du film comprenant le synopsis du film, le nom du réalisateur, le genre, la durée, l’année de production, le casting, l’affiche du film, le nom de la société de production, un lien pour voir la bande annonce, un lien sécurisé pour visionner le film ».

Après avoir consulté et visionné le film, s’il correspond aux critères de la maison, c’est-à-dire la qualité son & image, réalisation et scénario et bonne tête d’affiches, le genre … :« on propose au producteur un contrat de location du film avec un partage de recette 50/50 % pour chaque partie ».

M. Agbré, a expliqué que plusieurs films africains sont livrés aux salles Majestic sans leur kit de promotion ou du moins avec un kit incomplet (affiches, posters, bandes annonces, et tout éléments susceptibles d’être utilisé pour la promotion du film).

Le Majestic met donc généralement en place, gratuitement pour les producteurs locaux ainsi que ceux de la sous-région, un dispositif de promotion de films grâce aux différents accords qu’il a avec un ensemble de partenaires.

Après cela, Sylvain explique qu’en plus de la diffusion salle locale, il faut aider les producteurs à faire circuler leurs œuvres par d’autres canaux de diffusion qui sont : les festivals, la télévision, les services de vidéos à la demande tout en respectant la chronologie des médias (celle française) pour assurer la rentabilité d’un film.

A la question de savoir pourquoi nos films ne s’exportent pas, le directeur d’exploitation a expliqué que c’est parce que le cinéma n’est pas encore véritablement une industrie en Côte d’Ivoire.

Pour lui, pour qu’elle devienne une industrie, il faut construire des studios de production et se fixer un minimum garanti de films à produire par an : « Nous avons besoin d’une quantité signifiante de films moyens pour avoir à coté une quantité mineure de très grands films. C’est ce que fait l’occident. France : sur 250 films produits / an, seulement environ 6 à 7 films sont très bons. » .

Sylvain pense aussi que les productions locales seront facilement exportables si les cinéastes ivoiriens s’appropriaient nos histoires et les racontaient dans leurs œuvres.

Pour lui, c’est à ce prix que nos productions et nos œuvres cinématographiques pourront se vendre à l’international.

Hormis cela, il est convaincu que cette industrialisation du secteur ne peut se faire sans un soutien et une implication étatique.

En tout cas, son vœu en tant que professionnel du cinéma est que : « notre secteur d’activité se développe et voit émerger des métiers comme celui de Distributeur cinéma qui manque énormément et qui est un maillon essentiel dans le chemin suivi par un film depuis les studios jusqu’à la salle de projection ».

En fin d’entretien, Il a exprimé le désir du Majestic d’accompagner et participer au mieux à la vulgarisation du cinéma ivoirien mais pour lui il faut pour cela que chaque partie de la chaîne fasse son travail.

 

Commentaires
Share:

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *